Du plaisir pour les enfants dans les bibliothèques publiques du Canada

Les dieux de l’Infierno

Par Camille Bouchard
D3f01530be94a44aa5f0c9dc1ef34143

Chapitre 4

Chapitre 4 : Des boîtes dans le coffre de la voiture

Nous veillons toute la nuit de crainte que d’autres éruptions se produisent ou que des débris incandescents déclenchent un feu de forêt. Heureusement pour nous, nos inquiétudes ne sont pas justifiées.

Au matin, les yeux rougis à cause du manque de sommeil, nous parcourons les fils de nouvelles sur nos téléphones portables.

— Il n’y a pas de dégâts dans le pays, lance monsieur Gonzales en agitant son doigt sur l’écran. On parle très peu de l’éruption.

— Et l’eau de la rivière est toujours propre et potable, se réjouit un voisin.

— La lave et la cendre ont dû tomber de l’autre côté du volcan, affirme papa. Là où il n’y a aucun village.

— On est vraiment chanceux, souffle monsieur Gonzales.

— Il doit y avoir des coulées de magma partout autour de la caldera, suppose mon père. J’aurais aimé pouvoir recueillir des échantillons pour les étudier. Je pourrais ainsi savoir si une éruption plus grande est à prévoir. Quel dommage que je n’aie pas d’EPI pour hautes températures!

— C’est quoi des EPI? demande madame Gonzales.

— Des équipements de protection individuelle, répond papa. Ce sont des combinaisons isolantes. La chaleur doit avoisiner les cinq cents degrés sur le cratère. 

Monsieur Gonzales, qui a une épaule appuyée sur un arbre, se redresse soudain. Il s’exclame :

— Bon sang, René! Mais j’ai des EPI dans le coffre de ma voiture!

— Quoi?

— C’est une commande de l’usine que je suis allé chercher hier chez le fabricant. Je n’ai pas encore eu le temps de les livrer à l’entrepôt.

— Tu crois qu’il y aurait ma taille? demande mon père.

— Ce serait bien de la malchance, répond monsieur Gonzales en courant vers son automobile. J’en ai une dizaine de grandeurs variées.

Maria et moi accompagnons les deux hommes. Ils se mettent rapidement à ouvrir les boîtes. Papa se réjouit :

— C’est une opportunité extraordinaire! Je vais pouvoir récolter des échantillons récents pour l’Université.

Émerveillés, nous les observons déballer des habits brillants comme du papier d’aluminium. Pendant que j’aide papa à retirer un casque de sa boîte, j’entends Maria demander à son père :

— Est-ce qu’on pourrait venir avec vous, Émile et moi?

— Non, répond monsieur Gonzales. Ça vous prendrait une combinaison comme la nôtre.

— Il y en a deux plus petites, là, dans cette boîte, dit mon amie en ouvrant un carton. Elles semblent être de notre taille.

— Elles ont été fabriquées pour deux de nos employées qui sont des femmes de petite carrure.

— Elles seront un peu grandes, mais elles feraient! s’enthousiasme Maria en soulevant le vêtement devant elle. Allez, papa, dis oui!

— Trop dangereux. Pas vrai, René?  

Mais mon père est tellement content de pouvoir aller recueillir des échantillons pour son université, qu’il ne réfléchit pas vraiment à la question. Distrait, il répond :

— Non, non. Avec des EPI, récolter du magma au sommet d’un volcan est un jeu d’enfants.

Maria et moi, nous poussons un cri de joie en nous tapant dans les mains. Madame Gonzales regarde dans notre direction avec un air découragé. Je crois qu’elle ne s’attendait pas du tout à voir sa fille partir récolter de la lave en fusion.

Et lorsque ma mère appelle sur mon cellulaire, inquiète d’apprendre aux nouvelles que l’Infierno a eu un petit hoquet de magma, je ne lui précise pas que je me prépare à accompagner papa et monsieur Gonzales à l’assaut du volcan.

Dans l’histoire, nos héros enfilent des EPI (cette abréviation veut dire « équipement de protection individuel »). Tu as peut-être aussi entendu parler des VFI : des vêtements de flottaison individuels. À ton tour d’inventer des abréviations pour des vêtements originaux!

Réponses

marinette

AMI:une combinaison pour se faire des ami(e)s

26 août
pinky9

VNR - vêtement pour nager et rire en même temps

23 août
cocote

je nai pas didée

22 août
Voir toutes les réponses