Du plaisir pour les enfants dans les bibliothèques publiques du Canada

La forêt aux mille secrets

Mes parents ont attendu ma naissance pendant des années; c’est pourquoi ils ont eu beaucoup de temps pour choisir mon prénom. Il devait être magnifique, splendide, grandiose, princier, majestueux…

Je m’appelle donc Édouard, comme le roi d’Angleterre, reconnu pour sa bonté et sa générosité. Mon prénom vient de l’anglais ead, pour « richesse », et weard, pour « protéger ». Ça veut donc dire : le gardien du trésor, rien de moins!

Pas surprenant que je sois aussi protecteur avec ma petite sœur Julia. Je suis d’ailleurs le seul à la comprendre, avec son dialecte bourré de sons et de vocalises étranges. Ainsi, quand elle demande : « Goui bou dé dé, doua! », je lui donne aussitôt sa doudou préférée.

Aujourd’hui, Julia me demande clairement :

  • Qué pa dé bo, doua. Qué pa dé bo!

« Doua », c’est Édouard, bien sûr. Et Julia me demande d’aller marcher avec elle dans le petit bois derrière chez nous. Je dois aller rejoindre mes amis à la piscine, mais une belle promenade dans la fraîcheur de la forêt me tente encore plus. Je suis toujours prêt à partir à l’aventure : j’en profite pour expliquer à ma petite sœur les secrets de la nature, mais surtout, pour découvrir des trésors.

C’est ainsi que, sac au dos, lunettes sur le nez, gourdes d’eau à la ceinture et chapeaux sur la tête, nous partons vers la forêt des grands mystères.

J’avance main dans la main avec ce petit trésor aux couettes dansantes, en fredonnant :

  • Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n’y est pas. Si le loup y était, il nous mangerait. Mais comme il n’y est pas, il nous mangera pas. Loup y es-tu ?
  • Doua! Doua!

Julia pointe les fougères devant nous. Elles se balancent bizarrement : on croirait que quelqu’un s’y cache. Nous approchons à pas de loup. Je sépare délicatement le feuillage, quand tout à coup, j’aperçois un écureuil… vert!

  • Ne me touche pas! Ne m’attrape pas! crie le petit animal en se cachant les yeux.
  • Tu parles? Un écureuil qui parle?

J’en tombe à la renverse. Me voici sur les fesses, ma petite sœur accrochée à mon cou. L’écureuil tente de me convaincre :

  • Je suis tout petit, coriace, pas bon du tout! Ne me mange pas!
  • Je… Je… je ne veux pas te manger. Mais tu parles? C’est impossible!
  • Pourtant, c’est bien vrai. Laisse-moi retourner chez moi, s’il-te-plaît.
  • Chez toi? C’est où?
  • Si je te montre la porte, tu promets de ne rien dire à personne?
  • Promis.

C’est ainsi que Julia et moi poussons la porte cachée dans le creux du vieux chêne. Et dans ce nouveau monde, nous découvrons…

Invente une fin pour cette histoire en cliquant sur le bouton Envoie ta réponse. Sois créatif!

Mots de la fin

La période d’inscription au Club est maintenant terminée.

Reviens nous voir en 2019 pour un autre été rempli d’activités de lecture et de plaisir!

La période d’inscription au Club est maintenant terminée.

Reviens nous voir en 2019 pour un autre été rempli d’activités de lecture et de plaisir!

livre3

une sorte de maison luxueuse dire même un palais mais se nest pas tout il ya une petite chute quant on saute dedans on voix un pasage quant on vas dans le pasage ilny a plus d’eau mais un grande salle sous terre tres bien élairé. domage il est tant de retourné chez nous la chute a tres bien ranplasser la picine. on reviendra demain promie Édouard. fin

2 sept.
minichat

Plein d’écureuil vert assis à une table.

15 août
babitz8

Un tresor de noix!

28 juil.
Voir toutes les histoires finies